Alexandra Borsari - European nomad
Alexandra Borsari - European nomad

Décembre 2018: premier voyage avec le Kangoo... et 3 remorquages en 5 jours!

La Laguna ne passant plus le contrôle technique et devenant de plus en plus capricieuse, j'opte pour un Kangoo GPL. Le premier trajet pour aller de Garidech à Digne puis remonter vers l'Ouest de la France va durer plus longtemps que prévu...

Samedi 8 décembre 2018 - Garidech

Je suis bien fatiguée mais, aujourd’hui, il devrait faire beau et j’ai intérêt à me dépêcher pour bouger la cara, tout vider pour sortir les affaires d’hiver, ranger les shorts et chaussures d’été… et faire un gros ménage.

J’accroche la Kangoo et … plus rien : la voiture n’avance plus. J’ai peur que ce soit la boîte de vitesse. Je décroche et regraisse le mécanisme de l’attache caravane qui, ô "miracle", marche beaucoup mieux... J’essaie de bouger la voiture sans cara : idem. RIEN DE RIEN !!

Je vais voir Suzanne. Philippe descend. Verdict : mes cardans fatigués ont lâché. OUF ! Je suis rassurée : ce n’est pas la boite de vitesse donc pas de panne supplémentaire ! (la suite prouvera le contraire)

Nous déplaçons un peu le Kangoo avec sa voiture, après avoir essayé avec la Laguna. Ca patine. Nous le décalons un peu puis bougeons la cara avec la voiture de Philippe. Un peu difficile dans l’herbe. Ca accroche un arbre sur un côté et abîme un peu l’arc en métal au-dessus de la roue sur la coque de la cara. Philippe me le remet en place.

Nous reculons la cara dans l’allée à la main avec Suzanne pour la positionner pour le départ. Ca a été beaucoup plus long que prévu mais c’est fait !

Je me mets ensuite au grand rangement. Beaucoup d’humidité sous les coffres à l’arrière. J’aère et charge moins les coffres, mets les coussins au soleil… Finalement, vers 17h, c’est tout bon ! J’ai fini !!! Je fais manger mes loulous qui ont été très sages et n’ont pas eu de balade aujourd’hui, faute de voiture.

 

Dimanche 9 décembre 2018

Quelques gouttes ce matin mais je peux quand même aérer mon sac de couchage et les couvertures dehors. Je retourne les coussins du lit et enlève l’humidité. Vivement que je mette un autre système : soit un vrai sommier articulé à la place des lattes que j’ai posées sans cadre, soit une toile pour faire une banquette de couchage hyper légère et sans problème d’aération. A voir quand je referai l’étanchéité et l’isolation de la cabine.

Un peu d’ordi puis rangement de la voiture pour ne plus avoir à sortir du bazar sous la cara en étape.

Il ne pleut pas ou alors très peu mais il y a un vent d’enfer.

 

Lundi 10 décembre 2018

Le dépanneur arrive vers 10h. Il patine un peu sur les graviers mais finit par se mettre en position pour tirer ma voiture.

J’appelle le garage qui me confirme que je n’ai pas besoin de suivre le camion. Dans l’intervalle, Bernard et Marie arrive pour un café/petit-dej tardif. Un bon moment. Bernard se moque de mon système de feux pour la cara et part avec ma carte grise pour faire autrement (une plaque en métal sur laquelle sont fixés les feux, sans doute).

Après-midi rangement et nettoyage du toit de la cara, révision de la serrure…

Maryvonne, une amie de Suzanne, vient déjeuner. Elle apporte tout un tas de couvertures au top pour les toutous ! Ce sera un bon complément pour la cara et la voiture. Merci !

Dans l’aprèm, coup de fil du garage : ma voiture est réparée. C’était bien les cardans qui avaient lâché, notamment le clips du cardan gauche qui était sorti de sa gorge. (en fait, ce n'était pas le clips du cardan mais celuis du différentiel de la boite de vitesse)

Dîner le soir avec Suzanne, Philippe, Maryvonne et Bernard qui est revenu avec une plaque qu’il a fixée à l’arrière de la cara. Le fil est un peu court, du coup, mes feux de secours sont ajoutés : j'ai 3 paires de feux à l’arrière!

 

Mardi 11 décembre 2018

Je me lève vers 7h pour partir à la casse déposer la Laguna puis récupérer la Kangoo (cette voiture a un genre flottant).

Mais j’ai dû bouger la Laguna hier pour le passage du camion de remorquage et ce matin… impossible de la démarrer : la batterie est morte…

Je fais un sms à Suzanne qui me répond vers 11h. C’est trop tard pour que j’aille récupérer la voiture en passant d’abord à la casse avec la Laguna. Tant pis, je prends le temps de faire autre chose, notamment un peu d’administratif… En attendant, la batterie charge avec un chargeur de Philippe. Je lui emprunte quand même des câbles si je cale en chemin...

Déjeuner avec Suzanne puis départ vers 13h30. Trajet sans souci. Cette voiture était quand même agréable à conduire. Petit pincement au coeur de laisser ma Laguna mais, tout d’un coup, le message me signalant que je suis sur la réserve m’enlève toute nostalgie : cette voiture m’aura coûté trop cher en essence !

Je la dépose puis pars à pied au garage. Pas de mauvaise surprise sur la facture. Je repars. Quelques courses, plein de GPL à Bessières puis stop à Montastruc pour récupérer la prise socle qui est arrivé au point de livraison. Je reviens à Garidech vers 16h. Il faut que je me dépêche et je suis déjà vidée !

Après du rangement dans le speed, j’accroche et galère à sortir des graviers… Je pars finalement vers 20h… Une cata… Je vais devoir rouler une bonne partie de la nuit…

 

Mercredi 12 décembre 2018

Je m’arrête pour dormir 2 fois vingt minutes vers 7h du matin sur une aire bien moche, au milieu des camions et d’un bordel pas possible. Cette nuit, je n’ai fait que rouler, sauf pour des stops loulous et un stop sommeil de 20mn à Béziers Mont Blanc. J’y aurais bien passé la nuit si j’avais pu.

Je me suis trompée en suivant bêtement le GPS et je suis sortie à Orange… J’ai galéré pour rentrer sur l’autoroute au niveau d’Aix. Les gilets jaunes sont partout ! A Agde, ils avaient coupé l’autoroute ! J’avais pu passer et discuter un peu. Tous les camions en revanche devaient prendre la sortie. Chapeau bas !

J’ai eu un mal fou à refaire un plein de GPL dans une station car le caissier ne savait pas s’il fallait enregistrer ma carte avant que je me branche et que je n’arrivais pas à me clipser…

Bref, que des petites choses mais, au final, beaucoup de retard et une fatigue immense… c’est dangereux de conduire ainsi et je me jure de ne plus le faire…

A Aix, j’ai failli rentrer dans une voiture en regardant le GPS de près car la circulation était ralentie… Freinage d’urgence impec mais freinage d’urgence… Un truc a sauté sous le capot. Je m’arrête mais ne vois rien. Je continue en me disant que j’irai dans un garage dans l’aprèm.

Bien sûr, ce freinage est arrivé à un moment, le seul !, où j’avais laissé Luna dans la cara (elle s’était cachée sous le lit pour ne pas retourner dans sa caisse et je pensais la rentrer plus tard…) Heureusement, elle n’a rien, mais je suis bonne pour me contorsionner pour aller la récupérer.

Arrivée à Digne pour un entretien ethno (mission marketing). Je n’ose pas me garer dans l'impasse : pas sûr que je puisse faire demi-tour sans décrocher… Je vais sonner et prévenir que je vais me garer plus loin. Malheureusement, la petite route débouche sur un chemin de graviers et de terre… au milieu des champs. Je finis par tenter un demi-tour sur l’herbe qui, heureusement, est encore bien gelée à cette heure : je passe !

Je me gare enfin et file faire l’entretien.

Puis, récompense de mes pauvres loulous pour leur patience : un petit tour au bord de l’eau non loin de là. Nous sommes à Digne-les-Bains mais sur les bords de la ville qui semble très étalée. C'est tranquille.

Stop vers Sisteron pour me poser mais le spot s’avère décevant. Je continue vers un petit parking forestier au-dessus de Serres.

A 1,3 km du parking, dans une petite montée, tout d’un coup, plus rien ! Mêmes symptômes que samedi matin : plus aucune réponse au passage des vitesses ! Je me laisse glisser en arrière pour me garer tant bien que mal. Une roue de la cara se loge dans un petit fossé…

Pas de réseau où je suis. La maison en face est déserte… Je suis bonne pour descendre à pied. Je sors les chiens et Luna qui n’en peut plus. Dès que je retrouve un peu de réseau, je téléphone à mon assistance… de nouveau ! Dépannage hyper rapide malgré mes difficultés pour indiquer l’endroit.

Quelques rares voitures passent : je mets un triangle de chaque côté et prévient les gens de faire attention à mon Kangoo qui dépasse bien… Personne ne propose de m’aider… Sauf deux chasseurs, qui me descendent à la grande route. Ils ont des setters dont une chienne magnifique et câline à mes pieds. Tant mieux car nous voyons le camion de dépannage filer et dépasser la petite route… Appel de phares : ouf, ça marche !!!! Je grimpe dans le camion et nous retournons à la voiture.

Le camion tire la voiture pour dégager la cara puis nous détellons. La voiture est montée avec les animaux sur le camion, la cara attachée au camion. Nous devons remonter la route un bon moment avant de trouver un endroit pour faire demi-tour. Le chauffeur m’épate : il faut demi-tour sans problème avec son grand camion et ma petite maison accrochée derrière. Nous partons maintenant vers Laragne-Montéglin (05300) où se trouve le garage. Il me déposera avant sur un parking où je pourrai attendre la réparation.

Trajet sans problème. Chauffeur sympa. Mais je suis hyper angoissée pour mes doudous : je n’ai pas une confiance absolues dans mes portes si jamais les cocos paniquent et je vois, dans le rétro, la voiture osciller et tressauter en fonction de la route.

Nous arrivons vers 19h30/20h sur le parking. Je descends mes animaux et récupère quelques affaires puis le camion repart avec le Kangoo. Je ne suis qu’à quelques centaines de mètres du garage et il y a d’autres nomades sur le parking. Nous sommes en pleine ville mais je peux lâcher sans problème les chiens car le parking est grand et à côté d’une rivière.

Un nomade en camion tout terrain vient à ma rencontre. Je passe une tête chez lui pour saluer deux de ses amis dont Pauline qui vit dans sa voiture avec son chien.

Je ne reste pas longtemps car je vais m’écrouler et j’ai encore tout un tas de rangements à faire dans la cara. Vu que je n’ai pas la voiture, je dois organiser tout mon bordel avec les doudous au milieu.

Je finis enfin et m’écroule vers 23h. Je chauffe avant de dormir mais nous perdons vite en température ici… (grâce à Laurence, j'ai de magnifiques volets isolants qui me permettent de garder 17/18° sans chauffer quand il ne fait pas moins de 7 ou 8 dehors : voir en fin de page ici)

 

Jeudi 13 décembre 2018

J’entends un chien qui aboie autour de la cara : c’est le chien de Pauline qui est très intéressé par Luna, blottie sous la cara… Je jumpe et me couche à même le sol pour choper ma louloute. Pas question d’avoir un autre chat croqué !

Je parle un peu avec Pauline mais dois m’asseoir sur mon marche-pied : j’ai mal au coeur et un gros mal de crâne. Je suis encore super fatiguée et je crois que je vais être malade… Pauline s’en va en Italie. Je prends ses coordonnées car son mode de vie m’intéresse.

Puis je range péniblement la cara pour la journée, prends un doliprane et avance au ralenti… Vers 11h, je fais enfin manger les chiens. Je peux me poser un peu… Vers 11h50 : appel du garage : ma voiture est prête ! C’était le clips gauche qui avait sauté une nouvelle fois. Sans doute à cause de mon freinage en urgence… Il faut vraiment que j’arrête de conduire en étant aussi fatiguée et surtout, que je refasse de petites étapes. Ma voiture peine un peu avec la cara comme, par moment, la Laguna avec la Burstner. Je suis dans ses limites: il va falloir refaire du tri…

Je vois un monsieur en vélo couché trois roues arriver sur le parking. Elvis et Lune courent vers lui. Heureusement, il n’a pas peur et est tout content de les caresser. C’est l’occupant d’un Ducato garé au fond du parking.

Vers 14h30, je pars à pied chercher ma voiture. 140€ … mais je m’en sors quand même bien, même si le garage m’a facturé 2h de main d’oeuvre… Mini courses puis je reviens à la cara. Rangements. Ouf, je retrouve de la place avec la voiture !
Luna va vers Alain, l'habitant du Ducato. Je vais lui dire qu’elle n’est pas abandonnée. Il me propose un café. J’accepte volontiers mais en décalant un tout petit peu car je veux profiter du jour pour ranger un maximum de choses. Il est déjà 16h et il fera bientôt nuit. J’installe la rallonge achetée à Digne pour la plaque de Bernard (j’ai mis en scotch noir sur les feux d’origine et je peux maintenant enlever le kit de feux que j’avais acheté au préalable). Cela sera mieux, surtout de jour car, sinon, les conducteurs qui me suivent ne savent pas où regarder pour voir mes clignotants.

Je range et installe les volets puis vais prendre un petit café bien sympathique dans le Ducato. Nous discutons modes de vie. Il a 65 ans et s’est lancé en août. Il a lâché son appartement en octobre. Comme moi, il se demande pourquoi il n’a pas fait ça plus tôt !

Je m’aperçois que son Ducato est lumineux et spacieux car non encombré par tout un tas de rangements en hauteur. Finalement, cela pourrait être un bon compromis avec, comme lui, un vélo 3 roues pour faire des courses et vadrouiller aux étapes quand mes vieux loulous seront au paradis des chouchous… et qu’il ne restera plus de la vaillante bande qu’Elvis et Lune.

Un Ducato H2 comme le sien et peut-être un L2 pour ajouter une douchette pourrait être une bonne solution. Son L1 fait 4,78m de long et le L2 seulement 58cm de plus : ce qui veut dire un véhicule facile à manoeuvrer. C’est la première fois que je vois un fourgon aménagé avec autant d’espace : Jojo (son camion) me montre le monde des fourgons sous un autre jour :-)

Retour à la cara vers 18h30 : dîner pour tout le monde. Puis un peu d’ordi pour répondre aux mails urgents relatifs à mon trajet et mettre ce journal à jour.

22h30 : j’éteinds l’ordi et me prépare à aller au lit. Je me sens bien mieux, grâce aux 2 doliprane pris dans la journée sans doute mais il ne faut pas tirer sur la corde, je suis encore bien fatiguée.

 

Vendredi 14 décembre

Je vais bien et il fait aussi moins froid. Hier matin, nous avions 5° au réveil. J’ai « isolé » le coffre du bureau, la penderie et devant les coffres du lit. Hier soir, il faisait 18° à 23h30. Dans la nuit, il faisait 12 à 2h30. J’ai rechauffé jusqu’ à 16. Ce matin, il faisait 11/12 ° à 6h30, idem à 8h. Dehors, il y a un grand soleil : il fait presque « chaud ».

Vers 10h, je suis en plein déjeuner des doudous quand Alain vient frapper à la porte. Petit café sympa dans la cara. Quand il repart, un vieux shnock qui n’a pas dû faire grand-chose de sa vie m’engueule parce que j’ai 4 chiens… Inutiles… pas comme les siens qui gardaient les vaches… Encore un qui aurait dû partir en fourgon au lieu de virer vieux c... :-D

Je plie et attelle. J’échange quelques mots avec l'occupant du Hymer de 7m à côté : un retraité, sur la route depuis qu’il a arrêté de travailler il y a 6 ans. Quelques mots aussi avec le nomade du camion 4x4 puis décollage pour Crest.

Malheureusement, je n’irai pas loin… Vers 15h30, ça recasse !!!

Remorquage de nouveau avec les loulous dans la voiture sur le camion et la cara accrochée sur l’attelage du camion… Direction Veynes (05400). Le dépanneur garagiste est sympa mais il est aussi pessimiste. Il pose la cara dans sa cour et regarde la voiture. Appel du garage de Coufouleux : ils échangent tous les 2. Verdict sans appel : il faut changer la boîte de vitesse…

Je passe la nuit à Veynes, dans l'enceinte du garage. Il faut faire attention à Luna car le garagiste a deux chiens, dont un qui n’aime pas du tout les chats… C’est une chienne de 8 mois : genre grand malinois croisé. La nuit elle est enfermée : un peu de répit pour Luna.

Que faire pour la voiture… C’est la malédiction du Kangoo jaune… !! :-D Bon, rien que du matériel mais des euros à sortir… et tout mon jolie planning d’étapes qui vole en éclat.

 

Samedi 15 décembre 2018

J’appelle Suzelle qui réfléchit pour me rapprocher de Crest. Finalement, après plusieurs coups de fil, j’apprends que j’ai droit à un remorquage de la caravane en taxi. Le trajet jusqu’à Crest est pile dans les limites de la prise en charge de l’assurance : 250€. J’hésite mais me décide quand même à me rapprocher. Le taxi connaît bien les GPL et me rassure sur mon choix : je n’ai pas eu de chance que la boite lâche si vite après l'achat mais je n’ai pas forcément fait une mauvaise aquisition.

Arrivée à Crest vers 19h. Le premier parking où je pensais aller est plein de voitures et de monde à cause du marché de Noël. Direction le parking en face de la gendarmerie. Je ne peux pas aller chez Suzelle. Ma cara est toute petite et ne prend pas plus de place qu’une voiture, mais il y a de gros travaux sur le site avec de nombreux engins de chantier en mouvement toute la journée.

Le parking est plutôt glauque et comme je n’ai pas la voiture pour m’étaler, je suis encombrée dans la cara. Les chiens ont voyagé dedans avec Luna dans sa boite… Je ne pouvais pas les rentrer dans le taxi… Je me suis inquiétée pour eux pour la chaleur mais, à l’arrivée, ce n’est pas si mal : 11 dans la cara. J’avais chauffé avant de partir mais j’ai oublié de ranger les gamelles de croquettes… qui sont tombées sur mes pauvres loulous… !!

 

Dimanche 16 décembre 2018

Réveil dans la flotte sur le parking glauquissime… Je suis pile à un endroit où s’est formée une mare… Je sors un peu les chiens et vais prévenir la gendarmerie qui me conseille de partir le plus vite possible pour ne pas me faire voler la cara.

Je décline le déjeuner chez Suzelle car je ne veux pas laisser mes loulous dans un endroit non sûr. J’essaie de contacter les autres personnes que je comptais voir ici mais, peine perdue… , personne ne répond… Ca valait bien le coup de m’avancer jusque-là.

Mail de Françoise, la mère de Julie, qui m’apporte beaucoup de réconfort. Elle m’a appelée hier quand j’étais dans le taxi : voilà quelqu’un de bien dont j’espère faire la connaissance bientôt. Mail de Maéva, nomade en camion, rencontrée au premier week end des initiatives de transition ambulantes ITA. Je l'appelle. Je découvre qu’elle n’est pas à Grenoble mais plus près de l’Italie à l’est de Veynes. Si j’avais su, j’aurais pu demander un transfert là-bas.

Vers 13h30, Suzelle vient me voir et m’emmène pour repérer un autre endroit : nous finissons par repérer un parking bien moins moche à Eurre sur l’éco-site : reste à trouver une voiture. Petit stop chez eux, puis elle me ramène à la cara.

Vers 18h, Yan arrive : il a trouvé une voiture. Merci ! Je suis bien contente de quitter ce vilain endroit.

 

Lundi 17 décembre 2018

Je me prépare de bonne heure car je ne sais pas si le parking sur lequel je suis est très fréquenté. Non, ça tombe bien. C’est aussi facile de promener les cocos même si le parcours de balade n’est pas très long. Je vais vers 8h30 à l’accueil de l’éco-site. La personne que j’avais vue l’année dernière n’est pas là mais ça n’a pas l’air de poser beaucoup de problèmes que je sois ici.

Retour à la cara. Je commence à habiller un peu l’extérieur avec un extrait du Fabliau de Cocagne: ce cri du ventre et du coeur des pauvres rêvant d’une vie meilleure. Puis, remini balade et un peu de mise à jour de ce journal et des mails…

Personne ne me calcule. J’espère que ma cara et surtout mes loulous ne risquent rien ici car, quand j’irai chercher la voiture, je les laisserai une bonne demi-journée.

 

[...]

 

Finalement, je vais passer une bonne semaine sur le parking de l'éco-site. La seule réponse de l'administration du lieu aura été de m'envoyer 2 travailleurs sociaux... venus voir pourquoi j'étais échouée là!

Ma voiture ne sera réparée que le vendredi et le samedi (erreur de commande sur la boite de vitesse qui rallongera encore les délais). Le garagiste ne pourra l'essayer que le dimanche et je n'irai la récupérer en train que dans l'après-midi. Retour à Crest vers 20h pour un départ vers la Bretagne lundi matin vers 11h. Je n'arriverai à Retiers qu'à presque 2h du matin.

Un peu plus de 14h de voyage pour 800 bons km mais, cette année, je n'aurai pas loupé le Noël de ma nièce!

 

La voiture roule beaucuoup mieux. J'accroche le 90km/h même si elle peine dans les côtes. Il va falloir refaire du tri pour retourner en montagne :-)

Merci à tous pour votre soutien tout au long de cette étape de voyage laborieuse ;-)

Contact

contact@alexandraborsari.org

mobile +33 695 560 755

 

WE CAN SPEAK TO EACH OTHER IN:

ENGLISH, SPANISH OR FRENCH

No dudéis en contactar conmigo en castellano

Nous pouvons aussi nous parler en français

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Alexandra Borsari

Appel

Email